résolutions ou résolution ?

résolutions ou résolution ?

ton choix détermine ton chemin d’évolution

 

résolutions du nouvel an
le 1er janvier beaucoup d’entre nous ont pris des résolutions pour 2018. Certains auront de la peine à s’y tenir, d’autres les laisseront tomber et d’autres encore seront fiers d’avoir la volonté de les tenir

les résolutions du nouvel naissent des résultats de l’année écoulée et/ou des attentes que nous avons pour l’année qui vient. D’habitude elles consistent à créer des boucles de 

  • pensée stratégique
  • établissement des objectifs et des cibles
  • planification
  • listes de tâches
  • bilan

etc

l’objet de nos résolutions est généralement de résoudre des problèmes, de nous améliorer, de progresser vers le mirage toujours fuyant de la perfection absolue. Dans ce contexte c’est une illusion qui conduit à des désillusions prévisibles et répétées

en réalité, nos résolutions sont des projections dans notre monde (intérieur et extérieur) de l’appréciation que notre ego a de nous-même et même les intentions les plus ouvertes sont fondées sur des conditionnements
le constat est lourd !

 

investir dans les conditionnements
notre façon de voir les choses est définie pas les empreintes de notre culture, de notre éducation, de notre famille, de notre environnement, de nos activités, etc. Pour une bonne part, ce sont des conditionnements inconscients auxquels nous donnons de la valeur en investissant de l’énergie en eux. Le problème est qu’ils recouvrent et masquent nos capacités, nos talents et notre potentiel uniques. Ils déterminent aussi nos choix spirituels, mentaux, émotionnels et physiques, nos préférences, habitudes, motivations, etc.

  • quelles motivations sous-tendent nos résolutions ?

probablement d’être bon, de faire mieux, de réussir … d’aider, de soigner, de servir … de jouir d’une bonne santé, d’être heureux, d’être équilibré… pour ne nommer que celles-là

  • quels stéréotypes nous les imposent ?
  • quelles valeurs et quels normes notre système de croyance impose-t-il à ces résolutions ?
  • sont-elles vraiment les nôtres ?

nous sommes parfait(e)s tel(le)s que nous sommes, mais nous sommes limité(e)s par tout ce qui nous empêche d’être nous-mêmes et notre système de croyance joue en cela un rôle central en restreignant qui nous sommes et notre capacité de changer et évoluer

NOTRE SYSTEME DE CROYANCE   =   UNE BOÎTE

 

de la dissolution des résolutions
toutes les résolutions que nous avons prises sont issues ce que nous percevions comme un manque ou une imperfection du Soi. Immanquablement elles nous ont fait jouer le jeu de la dualité : bon et mauvais, moins et plus, toi et moi, etc. Dans le miroir de la réalité projetée, rien de sera jamais assez bien, et nous le vivons comme un mouvement de yoyo 

  • soit nous nous poussons et faisons plus d’efforts pour nous assurer d’être à la hauteur et de garder le contrôle
  • soit nous laissons tomber et nous nous traitons d’incapable ou de fainéant(e), ce qui nous fait tomber le moral et nous décourage

il n’y a malheureusement pas de solution à l’antagonisme dans la dualité et nous ne parviendrons jamais à nous relier au Soi ainsi !

au lieu de nous donner du mal et de rater ou de faire semblant, avec inévitablement la montée du doute, la chute de l’estime de soi et/ou les volutes du déni

  • si nous laissions carrément tomber les résolutions que nous venons de prendre ?
  • plutôt que d’enrober notre désordre intérieur de bonnes résolutions, pourquoi ne pas les laisser fondre comme du sucre dans l’eau ?

 

vision panoramique
ce que nous pouvons faire à la place, c’est gagner assez d’altitude et de profondeur pour avoir une vision panoramique à 360° de là où nous en sommes ici et maintenant et

                                                                      nous brancher

                                                                                                               sentir

                                          écouter

                                                                                                            répondre

                                                                            suivre

                                                                   encore et encore

ce
qui monte
de l’éternelle tranquillité
au plus profond
de
nous-mêmes

 

cela demande que nous nous regardions en face ainsi que nos blessures et que nous ressentions chacune d’entre elle jusqu’à ce qu’elle se dissolve. Cela fait très peur, évidemment, et c’est d’habitude ce qui nous retient de nous y mettre

c’est pourtant le plus sûr moyen de valoriser, d’honorer et de devenir vraiment qui nous sommes
cela demande de l’attention, de la présence et la détermination de transformer ce qui fait souffrir, mais le jeu en vaut la chandelle !

 

résolutions vs révolution
à moins de mettre en question radicalement notre système de croyances, nous n’avons aucune chance de sortir de la boîte

comment faire ?

nous accueillons sincèrement et spontanément tout ce avec quoi nous sommes profondément en accord. Notre réponse est immédiate, franche et évidente, nous ressentons de la joie, du bien-être et du bonheur. C’est une manière sûre de jauger les croyances afin de savoir si nous y adhérons ou non et de nous libérer de celles qui ne résonnent pas et que nous ne pouvons pas garder en laissant tomber 

inconscientes : nous avons adopté certaines valeurs par mimétisme, nous n’en sommes pas très conscient(e)s    
dépassées : nous avons adhéré des valeurs à un moment donné, mais ne le faisons plus maintenant  
biaisées : nous avons fait avec d’autres valeurs, sans réellement les investir
abusives : certaines valeurs nous ont été imposées et nous n’avons pas voulu/pu les rejeter ouvertement  

dans tous les cas nous avons été pris(e)s au piège

 

la résolution c’est d’évoluer
notre défi est d’avoir le courage d’affronter et de résoudre nos problématiques personnelles (valeur, estime, amour de soi …), qui transparaissent dans toutes les formes d’abus que nous perpétrons envers n’importe quelle partie de nous-mêmes.

faire face à nous-mêmes demande du temps, de s’engager et de persévérer, mais c’est une expérience vraiment libératrice

que 2018 soit notre moment de vérité et l’année durant laquelle les croyances erronées se dissolvent. Nous n’avons plus besoin de jouer le jeu des résolutions et d’investir dans un système de croyances dépassé qui perpétue l’auto-sabotage (= déni de Soi)

nous sommes parfait(e)s, notre destinée est parfaite, la vie est parfaite et le monde est parfait comme ils sont. En revanche, ce qui a besoin d’être amélioré, c’est notre relation avec nous-même, afin que nous puissions reconnaître nos blessures, transformer notre expérience de vie et continuer à évoluer indéfiniment. C’est ainsi que nous avons la plus grande influence sur le monde

 

tu jouis du libre-arbitre, cela ne tient qu’à toi !

 

 

 

amour immense

amour immense

 

 

enveloppant      doux                  passionné     patient    


sans fond
     protecteur      insondable      exigeant      indulgent      brûlant    


tendre
    multiple     sans faille     précieux     généreux     chéri     enrichissant     aveugle  

 
tolérant       placide       reconnaissant       bafoué       salvateur       adulé      unique

   
réconfortant      rejeté      porteur     révélateur     nourricier     attentif    


discret
      débordant      vaste      turbulent    


rayonnant
        immodéré    


inspiré
   puissant


infini

 

 

(r)évolution du nouvel an
commençons ave l’amour inconditionnel 
cela met la barre assez haut !

ressens-le dans ton coeur
et exprime-le avec tes propres mots

l’amour inconditionnel embrasse tout
TOUT est UN, sans la moindre distinction ou exclusion
et tout se transforme et évolue tout le temps
avec une grande fluidité

 

pour Maryse 

 

 

point zéro

point zéro

un point
à travers des dimensions
l’immensité d’un espace sans limites
un univers (multivers) de possibilités infinies

un état de tranquillité
de silence
qui révèle de multiples (innombrables) aspects/couches/dimensions
du tissage de la vie
tout le temps/partout
maintenant

toucher le point zéro
enrichit l’humanité
améliore le monde

au-delà de notre compréhension

 

recentre-toi
descend en toi profondément
entre en contact
ressens
et écoute
encore
et encore

 

 

la mémoire de l’eau

la mémoire de l’eau

notre empreinte originelle, expression unique du Divin dans notre forme humaine,  est un mandala vivant en 3D. Il est présent dans chaque cellule de notre corps où il maintient un champ énergétique harmonieux inaltérable. La signature du Soi est imprimée dans notre corps (formé de 99,1% de molécules d’eau), qui en porte la trace. Elle est aussi reflétée dans le miroir de l’eau partout autour de nous (en tout ce qui vit)

nos pensées et nos émotions sont en réalité des anomalies qui voilent, momentanément ou durablement, la perfection en constante évolution de ce mandala. En effet, quand la tête est claire, elle est vide et réceptive (viveka), quand le coeur est paisible, il est ouvert et tranquille (aviplavā). Et ensemble, ils expriment instant après instant l’infinie splendeur du Soi dans tous les aspects de notre expérience humaine

notre champ devient incohérent chaque fois que nous nous déconnectons du Soi. Un champ énergétique dissonant se traduit par un malaise ou un désordre mental, émotionnel et/ou physique. Pour autant que nous en ayons conscience, c’est donc notre responsabilité de ramener notre champ à sa structure essentielle, chaque fois que nous nous rendons compte qu’il est troublé

la sensation du corps, en particulier le toucher, mais aussi le rythme et la pulsation sont des moyens efficaces et rapides de nous reconnecter au Soi. Alors le voile se dissipe et l’harmonie réapparaît, bien qu’il faille un moment pour que l’équilibre de la tête, du coeur et du corps soit rétabli

 

 

faire sauter la défense première : l’auto-sabotage

faire sauter la défense première : l’auto-sabotage

ces dernières semaines, de soudaines décharges énergétiques implosives/explosives ont fait s’écrouler des pans de murs de notre défense, qui nous ont laissé(e)s épuisé(e)s et notre partie la plus vulnérable mise à jour. Bien qu’elles soient extrêmement destructrices et que la douleur soit presque insoutenable, ces décharges sont nécessaires et positives. Leur fonction est de démanteler et désintégrer les schémas d’auto-destruction que nous portons en nous

 

ce sont des mécanismes de défense dus à la peur et les réactions instinctives sont inévitablement agresser, fuir ou se figer. Très vite notre tête s’empare de la situation et tend à interférer, de sorte que nous finissons par investir mentalement dans la peur, ce qui a pour effet de renforcer le mécanisme de défense fondamental. Ce dont nous aurions plutôt besoin, serait de ressentir la part blessée en nous et de reconnaître qu’elle a besoin d’attention et de soin (et de les lui donner!)

agresser: ces éruptions/explosions de la pire partie de nous-même furieuse/brute/brutale sont choquantes, un signe que nous touchons juste! L’énergie libérée quand la colère ou la frustration qui ont été contenues pendant longtemps est relâchée est prodigieuse et elle peut être utilisée à des fins créatives et nous libérer de quelque manière que ce soit. A moins que nous ne la réinvestissions dans des projections sur le scénario qui l’a déclenchée (qui n’est pas la cause, évidemment) et que nous repartions de ce fait pour un tour de la même chose

fuir : faire diversion et se déconnecter de son corps n’est pas un bon choix à long terme, bien au contraire. Ce sont nous avons besoin c’est de ramener notre attention dans notre corps et d’être pleinement là. Pour pouvoir vivre ce qui se passe dans perdre pied, il faut que nous soyons ancrés ana notre corps et enracinés fermement dans la matière et la Terre (su reste c’est aussi ainsi qu’on peut pleinement incarner sa lumière)

se figer : quand nous nous figeons soudainement, nous sommes hors jeu et privés de nos moyens. Mais d’une certaine manière nous sommes aussi hors d’atteinte pour le mécanisme de défense, donc protégé (à son égard). Au moment où nous retrouvons nos esprits, si nous ne revenons pas trop vite en territoire connu (auto-sabotage), nous avons la possibilité de ressentir notre souffrance (pour rappel : c’est en ressentant la douleur/souffrance que nous pouvons la guérir)

 

en fait, nous connaissons très bien notre auto-sabotage. Cela fait belle lurette que nous l’avons identifié, nous en avons repéré le mécanisme et ce qui peut le déclencher, mais jusqu’ici nous n’y avions pas accès. Pour achever la phase d’évolution en cours, nous devons maintenant nous défaire de ce mécanisme. Comme c’est souvent le cas, la résolution de l’auto-sabotage est inscrite dans les données en jeu

le problème quand notre mental s’’en mêle, recouvre et protège notre blessure, c’est qu’il interrompt le mouvement par lequel nous pourrions entrer en contact avec la partie blessée et la ressentir. C’est ainsi que fonctionne l’auto-sabotage. Le mental nous empêche de ressentir en nous éloignant du corps (le corps ressent et la tête pense), et à moins de la ressentir, notre blessure ne peut pas guérir

nos réactions instinctives de protection de notre part blessée sont en réalité des ouvertures, et chacune d’entre elle offre une solution créative permettant de dissoudre la défense. A condition que la tête renonce à s’en mêler (en expliquant, interprétant, rationalisant…), nous pouvons ressentir la douleur et laisser la blessure guérir

 

le traitement est
                              amour       
amour     amour     amour     amour

 

 

premières cueillettes printanières

premières cueillettes printanières

voici quelques unes des choses qui m’ont frappée depuis l’équilibrage des polarités à l’équinoxe
prends le temps de les percevoir avec tous tes sens avant de les ingérer
… et de rester avec la trace qu’elles laissent après

 

 

le langage (non)verbal n’est qu’une petite partie de nos interactions avec les autres. Nous  sommes totalement interdépendants de tous les autres êtres et choses sur terre. Le réseau d’interactions que nous créons ne cesse de nourrir le continuum dans lequel nous vivons. Leur qualité a donc de l‘importance. Le niveau de conscience et la qualité de présence dont nous faisons preuve chaque fois que nous entrons en relation avec quelqu’un ou quelque chose a de l’importance

 

nous nourrissons le continuum quand nous sommes la vérité (=nous-mêmes) et elle devient manifeste à travers nous, nous le polluons quand notre intention (aussi bonne soit-elle) projette notre vision/conscience/compréhension sur quelqu’un ou quelque chose, et ce faisant les juge/déprécie. Une communication impeccable est primordiale du fait que nous vivons tous dans le/du continuum

 

il reste pas mal d’étiquettes à propos de l’amour : nous continuons à nous référer à des modes de croyance (idéaux et dépassés) quand il est question du sexe, du couple, de la famille, de l’amitié, de l’accompagnement, etc. Il subsiste un besoin sous-jacent d’aider, de soigner, de protéger, de nourrir… qui s’appuie sur la bonne volonté ou une bonne intention, l’empathie, la compassion… Cela étrangle l’amour de soi à naître avant qu’il ne sorte de l’oeuf, c’est une forme pernicieuse subtile qui trahit un manque de maturité émotionnelle, hélas ! Comment soutenir la naissance de l’amour de soi ? en étant présent(e), en accordant une pleine attention et en maintenant ouvert l’espace sur la plus haute fréquence que nous puissions tenir

 

l’arc-en-ciel = lumière + eau + vision
dans notre équipement terrestre (corps-coeur-tête-conscience) c’est ains que la magie s’opère : en reliant les rayons lumineux et les chakra absolument tout peut se manifester, du moins quand nous sommes là!

 

quand le corps et la tête sont tranquilles, nous pouvons sentir la respiration du coeur et sa résonance subtile en réponse aux informations venant du champ commun. Quand nous écoutons et suivons sa guidance nous pouvons fonctionner et naviguer sans crainte même au plus sombre de la confusion et du chaos

 

toute division, séparation ou déséquilibre en nous est une violence que nous nous infligeons à nous-même et qui nourrit  la division, la séparation et le déséquilibre globaux. Le malaise, la douleur, la souffrance… dans le corps, le corps ou la tête signalent une dissonance avec notre nature divine, ils ne sont pas en phase avec le Soi. Le corps, le coeur et la tête sont conçus pour s’auto-guérir = se re-synchroniser. Ils le font, à moins que l’intrusion de l’ego n’empêche le processus

 

 

est-ce que tu as remarqué quelque chose ?
si oui, qu’est-ce que c’est ?

 

 

(dé)connecté(e)

(dé)connecté(e)

3D = dualité, séparation, conflit      contre     5D = unité, harmonie, amour

avec quoi es-tu en relation, interagis-tu, de quoi te nourris-tu ? La polarisation entre 3D et 5D augmente et va atteindre un sommet d’ici à l’équinoxe de printemps (l’équilibre et le point le bascule de l’ombre et de la lumière)

cela veut dire que tu dois choisir ton camp et mettre à jour tes préférences, mais aussi dégager tes contrats karmiques et/ou lâcher toute forme d’attachement pour ce en quoi tu ne crois plus

tu peux croire et investir en ce que tu veux, c’est ta liberté absolue (d’un point de vue supérieur les les camps 3D et 5D sont tout aussi illusoires), mais ton choix est important, parce que tu vas jouer des jeux différents selon ce que tu décides

tu as déjà opté pour la 5D en fait, nous l’avons tous fait !

mais là où la polarisation est ressentie avec une douleur atroce c’est dans l’écart entre la parfaite résonance du Soi avec le changement global et le décalage/manque de centrage/faible déploiement de ta conscience, de ta tête, de ton coeur et de ton corps face à toi-même, aux autres et au monde

ceci résulte de l’agrippement à des modèles viciés et périmés nés de la dualité que nous avons dépassé depuis longtemps. L’attachement n’est pas tant aux processus traversés (la plupart d’entre eux on été assez fastidieux et pénibles), mais au connu (un peu comme avec les jouets avec lesquels tu jouais quand tu étais petit(e) et que tu gardes encore)

bien-sûr qu’on a peur quand on est confronté à l’inconnu : incertitude, perte de repères, vulnérabilité, mise à nu …

Entrer en contact avec la peur en nous et autour de nous ne fait que la nourrir. Quand nous sommes mus par la peur, nous avons tendance à réagir instinctivement à une menace sur la vie (réelle ou imaginaire). LA marche à suivre est de prendre conscience et de suivre les mécanismes de nos réactions instinctives (attaque, fuite ou se figer) jusqu’à la fin du processus quand nous sommes à nouveau en phase avec le Soi et le flux est. C’est une expérience sans danger du/dans le corps, ce n’est ni une investigation (explication justification, réflexion) mentale, ni l’indulgence envers un bouleversement émotionnel

le lieu le plus sûr pour faire face à l’inconnu c’est quand nous sommes à l’unisson avec le Soi et ancrés dans la réalité et les circonstances de notre vie humaine, càd sur un point au milieu de l’océan en furie. Une fraction de seconde d’inattention et nous nous retrouvons à des années lumière de là, la moindre distorsion dans la tête ou le coeur et nous sommes déchirés et démantelés par la furie des éléments

notre CORPS est le lieu de l’expérience, notre véhicule physique (y compris ses défaillances et ses dysfonctionnements) l’endroit où nous incarnons notre Soi, la fusion complète de la conscience et de la matière rendant possibles d’autres développements encore à découvrir/imaginer

la 5D, une inconnue vraiment ? oui et non. Nous n’y avons pas encore vécu dans un corps humain, c’est le prochain stade de l’évolution humaine, c’est donc un territoire vierge à explorer, où jouer et nous amuser. Et pourtant la joie, la légèreté, l’aisance et l’infinité des possibles que nous découvrons quand nous sommes en phase avec ces fréquences sont tellement familières, nous savons bien qu’elles font partie de notre essence

tu as tout compris, mais cela ne se traduit pas dans ta vie de tous les jours, qu’est-ce que tu as fait faux ? pas la peine de te culpabiliser ou de te juger, un petit ajustement plutôt.

Il ne s’agit pas d’arriver quelque part ni de faire quelque chose pour que cette fabuleuse, abondante, bienheureuse réalité 5D se manifeste pour toi. Il s’agit plutôt d’ETRE LÀ, ici et maintenant, totalement avec et engagé dans ce qui se passe (qui touche inévitablement ta zone d’ombre et qui est parfaitement conçu pour une transformation immédiate pour qui a des yeux pour voir et qui le veut bien)

encore besoin d’un petit coup de pouce ? sors dans la nature et laisse-toi embrasser complètement par elle, cela fera le reste

 

 

choisis plus haut !

choisis plus haut !

apprenons à sauter en dehors de notre zone d’(in)comfort

tu es essentiellement libre
tu as toujours accès au spectre des possibles tout entier

 

première partie
et si tu sortais un peu de la routine ?

tu préfères peut-être t’en tenir à ce que tu connais plutôt que de pénétrer dans l’inconnu
parfois tu as tendance à faire ce que tu crois devoir faire plutôt que ce que tu préfères

tu peux faire n’importe quel choix parmi une infinité de possibles, à toi de décider
choisis ce qui attire ton attention ou ce qui t’inspire et laisse la magie opérer

mais rappelle-toi que si tu ne choisis rien, tes paramètres par défaut (anciens et périmés) sont automatiquement activés et tu repars pour un tour de la même douleur et souffrance

c’est un jeu, il suffit de sauter (dans l’inconnu) !

 

deuxième partie
et si tu montais à une fréquence supérieure ?

quand tu as peur, choisis l’amour
quand tu es dans la séparation, choisis l’unité
quand tu es affligé, choisis la confiance
quand tu est attaché, choisis l’abandon

ces situations pénibles signalent seulement que ta navette spatiale fonctionne sur une fréquence plus basse que ton Soi

ça fait la trouille, mais ça marche
fais le saut, relève-toi !

c’est un jeu, tout ce que tu fais c’est revenir à ta fréquence de base !

 

troisième partie
et si tu choisissais la vie que tu veux avoir ?

crée et manifeste ta vision à l’intérieur du champ unifié
dans l’espace sans ego et sans intention de l’instant
laisse ton Soi ÊTRE SOI
sans interférer

c’est un jeu, juste pour s’amuser!

 

 

je te souhaite un joyeux saut dans la NOUVELLE année

 

 

qu’est-ce qui manque encore ?

qu’est-ce qui manque encore ?

le féminin et le masculin sont sur le point de se réunir et pourtant cela ne se passe pas !

la peur bloque la fusion ultime

bien sûr, il s’agit de nous-mêmes et de parties de nous qui ont été séparées depuis toujours. Bien que nos relations (intimes et autres) en soient le reflet, c’est essentiellement un problème personnel. Les déclencheurs sont évidents, les schémas inconscients profondément enfouis restent en revanche élusifs et ne peuvent être touchés facilement

la polarisation poussée à l’extrême est devenue intolérable, elle doit être résolue et il n’y a pas d’autre solution : le féminin et le masculin doivent se rencontrer et fusionner

bien-sûr le jeu de la séparation dure depuis une éternité et il a engendré toutes sortes de distorsions, de perversions et d’abus des deux côtés, les plus évidents d’entre eux n’étant pas forcément les pires. Les problématiques récurrentes liées au sexe que nous vivons en sont un reflet

plusieurs couches de peur sont en jeu ici :
il y a la peur du rejet, qui cause une répulsion viscérale et une réaction mentale virulente. Elles sont exagérées et on en est conscient(e) (ce qui empire la situation, évidemment)

il y a la peur du bonheur. Elle engendre une légère crispation et une fermeture, elle tisse un fin voile entre les deux parties, qui masque les vagues émotionnelles, mais qui empêche aussi l’anticipation joyeuse des retrouvailles. Quand la tête y ajoute des couches de projections, d’idées et de croyances, nous nous raidissons et le voile devient un mur solide

il y a aussi l’émoi … au moment d’entrer dans l’espace sacré de l’unité longtemps perdu. C’est le sentiment le plus précieux, une subtile et délicate dilatation du coeur, la suspension de son pas, au-delà du temps et de l’espace, sur le seuil de la chambre nuptiale intérieure

la réponse est simple :
poser les armes
inspirer le bonheur par petites gorgées (aussi petites qu’on veut)
permettre la fusion et s’abandonner à l’extase

 

 

nostalgie de l’unité ?

nostalgie de l’unité ?

 

je suis un(e) quand je suis relié(e)  au Tout et à l’unisson avec le Soi

savoure la sensation !

 

 

avec toute mon affection

Sylviane

 

nouvelles 5D - archive

blog astro - archive

apercus des rencontres

rencontres récentes

s’inscrire sur ma liste d’adresse